Les big data vont-elles faire de nous des citoyens actifs puisque connectés ?

by Julien Brasseur on in Web/Digital, RP, Social media

Ex Nihilo, c’était le thème du dernier TEDx Brussels, derrière ce thème, la volonté était de proposer des initiatives, des démarches, des créations parties de rien… ou presque : la création d’une chanson from scratch, l’analyse des données du génome humain, la promotion de remèdes antibactériens naturels, des interfaces permettant de communiquer avec des personnes atteintes d’handicaps lourds...

Ce  qui m’a le plus frappé, c’est que la majorité des initiatives présentées faisaient appel aux individus à rejoindre une démarche collective en grande majorité grâce à des outils, plateformes sociales connectées. Pour faire le lien avec le thème de l’événement : on peut créer quelque chose à partir de rien si l’on a derrière une armée de contributeurs impliqués dans la démarche.

Un fil rouge qui m’a fait faire le lien avec la conclusion majeure de la plus récente édition de Brandshare, l’enquête « consommateurs »  de l’agence de communication Edelman, selon laquelle une toute grande majorité des citoyens interrogés souhaitent s’impliquer notamment dans le développement ou l’amélioration de nouveaux produits ou services aux côtés des marques.

Si les initiatives présentées aux Ted faisaient donc toutes appel à l’individu. Le « Call to action » se classait en deux grandes catégories. La première d’ordre plutôt collaboratif où le citoyen est invité à participer, à contribuer, à co-créer...

Exemples :

  • Collecter des données physiologiques (poids, pression artérielle, rythme cardiaque, nombre de pas effectué par jour...) pour établir des diagnostics et pronostics de santé, d’humeur...
  • Collecter des données pour faire des recherches scientifiques
  • Développer une base de données de pictogrammes et icônes à usage du (web)design
  • Co-financer des projets de recherches scientifiques, de développer de nouvelles séquences génétiques permettant la création d’OGM[j1]...

La seconde catégorie, des « call to actions », visait plutôt à sensibiliser le public à une problématique précise pour l’exhorter à la dénoncer autour de soi :

  • Les mauvais traitements infligés aux dauphins
  • Le conservatisme de l’industrie pharmaceutique et de la recherche
  • Les agissements des agences de sécurité américaine en matière de surveillance informatique
  • Le non-traitement de certaines pathologies chez la femme enceinte

Si par la seule force de l’implication collective véhiculée par des outils de communication collaboratifs, on peut produire des liquidités financières, des diagnostics médicaux, de nouveaux organismes génétiquement modifiés,…  C’est grâce à l’analyse des données produites par ces multitudes d’individus, les fameuses « Big Data »,  qui ont fait figure - dans de nombreuses présentations du TEDx - de levier permettant réellement de tirer parti de toute les données et informations produites pour les muer en connaissance et peut-être en idées qui valent la peine d’être partagées...

Et n’est-ce pas quelque part le futur de notre boulot de RP et Social Media ? Notre day-to-day job n’est-il pas, au final, d’amener des consommateurs, des citoyens, à participer à des actions collectives... fussent-elles commerciales ? De les motiver par l’avantage qu’ils pourraient tirer de l’action, du service ou du produit promu ?

Aujourd’hui, la combinaison des réseaux et des big datas permet également de produire l’intelligence et les arguments qui permettront de les convaincre de passer à l’action…  Passionnant, non ?